Espace Médina

Ancré dans la maison de la famille Traoré, Espace Médina est un lieu d’art et de culture traversé depuis les années 60, par des courants d’idées portés par différentes générations ayant contribué ainsi, à ponctuer l’histoire culturelle et artistique du Sénégal.

Lieu de vie et de mémoire, ouvert à l’univers de la création d’art contemporain, Espace Médina a fait toute sa notoriété, autour d’un collectif d’artistes mis en place de 1998 à 2010 avec Moussa Traoré, Sayo Camara, Khassim Mbaye et feu Aladji Koné. Mais à présent, le renouveau de l’Espace médina, est enclenché sous l’égide de Moussa et Cheikha, en compagnie de jeunes créateurs d’art de Dakar, dans la dynamique de ce cadre mythique, réaménagé en un lieu polyvalent et modulable : atelier de travail, galerie d’art, site de résidence et de transit artistique.

Located in the TRAORE family house, Espace Medina is a space for art and culture infused by schools of thought from different generations since the 60s, having thus contributed to punctuating the cultural and artistic history of Senegal.

It is a place of life and memories, open to contemporary creation, and has earned its reputation by introducing an artist collective from 1998 to 2010, with Moussa Traoré, Sayo Camara, Khassim Mbaye, and the late Aladji Koné. Now, Espace Medina’s renewal has been initiated by Moussa and Cheikha, surrounded by young creators from Dakar and elsewhere. It is a mythical and dynamic setting that has been redeveloped into a versatile and modular place with a work studio, an art gallery, and a residence and artistic transit site.

Atelier Espace Medina
Rue 33 x 10, Medina, Dakar

Contact : +221 77 506 87 73
77 469 11 06 / 77 545 63 08
Instagram : @espace_medina
Facebook : @traoremedinaespace
cirecisse@hotmail.com


2023

Regards croisés

Tommaso Serra, Frédérique Binet, Moussa Traoré

Plusieurs disciplines créatives (la sculpture, la peinture, la photographie) travaillant en synergie, nous placent indubitablement en un lieu de croisements, d’approches, de matériaux, de visions éclatées, de... Regards Croisés. Regards Croisés qui auront trouvé un socle de marbre, symbolisée par cette dédicace formelle de leur travail, à l’Immortel Peintre de la Cité, Dout’s Ndoye.

Several creative disciplines (sculpture, painting, photography) working in synergy, unmistakably place us in a place of intersections, approaches, materials, exploded visions, and of... Converging views. Converging views who have found a marble base, symbolized by this formal dedication of their work, to the Immortal Painter of the City: Dout’s Ndoye.

Vernissage le samedi 9 décembre à 20h.
Exposition du 24 novembre au 10 décembre 2023.
Horaires : ouvert toute la semaine de 10h à 00h.


2022

Eclat de la démocratisation de la mode : de St-Louis à Dakar

Torunn Skjelland

Torunn Skjelland avait séjourné à Saint-Louis en février 2022, dans le cadre d’une résidence d’étude et d’interprétation picturale, portant sur l’architecture coloniale. Mais durant ce séjour, que d’extases et autre agrément, dans la trame d’une nouvelle expérimentation et d’un dialogue porteur d’excellence ! Avec une muse charriée dans le quotidien saint louisien, Torunn Skjelland glisse ainsi, par contagion, dans le giron de l’élégance, de la séduction, toute chose qui impacte artistiquement sur l’éclat de la mode.

Sublimée par ce fait, elle y témoigne en déclinant ce qu’elle a pu appeler « liberté dans le non réglementé » et « démocratisation de la mode à Saint louis », toute chose permettant des répliques de marques de luxe des maisons de couture d’Europe. Dans ce Partcours 11, le public de Dakar est invité à partager cette « visuelle » Saint-Louisienne de Torunn Skjelland, présentée à Espace Médina.

Torunn Skjelland lived Saint-Louis in February 2022, during a pictorial and interpretation residency on colonial architecture. But throughout her stay, what exhilaration and revelations within new experimentation and eminent dialogue! Using Saint-Louis’ daily life as her muse, Torunn Skjelland inserts everything that artistically impacts fashion into the heart of elegance and seduction by contagion.

Sublimated by this, she expresses it by representing what she calls “freedom in non-regulation” and “democratization of fashion in Saint louis”, meaning everything that enables the imitations of European luxury brands’ fashion houses. For Partcours 11, the public of Dakar is invited to share Torunn Skjelland’s “visual” of Saint-Louis, presented in the Espace Médina.


2021

Dialogue et symphonie

Baye Ndiaga Diouf et Daouda Niane dit « Uda »

Chaque artiste demeure marqué par son identité, par sa spécificité, toute chose n’étant pas synonyme d’appauvrissement et n’excluant pas, ni le dialogue, ni la complémentarité. C’est pourquoi, l’exposition « Dialogue et symphonie » dans le Partcours 10, apparaît comme une aubaine permettant, dans le cadre de l’atelier Espace Médina, de renouveler à la fois : la chaine des interactions entre créateurs d’art et public, et la déclinaison d’exposition annuelle avec de nouveaux visages, donnant libre cours à de nouvelles inspirations artistiques. Ainsi Baye Ndiaga et Daouda « Uda » Niane, deux artistes de l’échiquier de Dakar, constituent cette nouveauté à Espace Médina. Ils nous invitent ensemble, à un dialogue symphonique, pour mieux apprécier un duo exquis, une collection d’œuvres intégrées, une vitrine d’excellence sur la diversité culturelle qui fait écho aux aspirations humaines, aux luttes quotidiennes dans la cité, aux peurs, craintes, sacrifices et aux lueurs d’espoir de célébration de la vie.


2020

Retour aux sources : Hommage à nos hommes de lumière

Collectifs d’artistes membres de l’Espace Medina et artistes invités.

Collectifs d’artistes membres de l’Espace Medina et artistes invités.
Après avoir scellé leurs retrouvailles en 2019, les artistes empruntent-ils dans ce présent Partcours, tout le cheminement inverse pour un « retour aux sources » ; un retour vers leur lieu de travail initial, au sein du cadre de vie des populations de la Médina ? A cet effet, importe-t-il pour les artistes d’investir autrement leur environnement, cette aire populaire, espace riche d’anecdotes et de couleurs empreintes de mémoires et propice à l’inspiration artistique ? Dans cette option, l’Espace Médina en collaboration avec le Laboratoire Agit’Art, procède à une fusion organique, pour des actions synergiques, à l’intérieur comme à l’extérieur de leur espace, le long de la rue 33, pour célébrer l’excellence de l’art et de la nature, en hommage dédié à nos hommes de lumière. Exposition, workshop, assainissement de la voie publique, reboisement de rue et tant d’autres surprises, en afterwork avec les enfants, la population et artistes invités.


2019

Retrouvailles

Sayo Camara, Aladji Koné, Khassim Mbaye, Moussa Traoré

Pour cette 8e édition du Partcours, L’Espace Médina célèbre les retrouvailles entre les 4 membres à l’origine de cet atelier d’artistes : Sayo Camara, Aladji Koné, Khassim Mbaye et Moussa Traoré. 15 ans après la dissolution du groupe, ils se retrouvent et exposent leurs oeuvres récentes de peinture et de sculpture, fondement d’une créativité originale et originaire de la Médina.


2018

Bookshows #1 : « Écritures africaines de soi »

Expositions de livres, ou livres en spectacles, « Bookshows » offre un espace de recherche et de réflexion autour de l’objet-livre et de l’espace-bibliothèque, afin de pratiquer de nouvelles formes de dissémination du savoir livresque. Il s’agit de repenser, dans le champ de l’art, les formes qui régissent la production et la diffusion des savoirs et d’activer, autour de l’objet-livre, des dispositifs nouveaux, affranchis des méthodes et catégories inhérentes aux formats classiques. Nous imaginons un nouveau type d’espace-bibliothèque, fait d’interprétations subjectives, de lectures critiques, d’installations artistiques, d’archives et d’éléments sonores, afin de constituer, par étapes successives et de manière performative, une bibliothèque en mouvement.

Le premier opus du programme « Bookshows », intitulé « Écritures africaines de soi » selon la formule empruntée à Achille Mbembe, se concentre sur cette période qui s’étale de la fin du XIXe et le début du XXIe siècle, durant laquelle l’Afrique et sa diaspora ont produit plusieurs textes interprétatifs de l’Afrique, du monde qui l’englobe et, plus largement, de la modernité. L’impulsion première, le temps de la parole recouvrée, forme à travers ces ouvrages rassemblés, les étapes charnières et les rayons d’une archive à la lumière de laquelle le présent, l’ici et le maintenant, livre son sens. Outre la performance inaugurale, présentée en Français et en Wolof, le public pourra visiter la bibliothèque éphémère, y lire, y travailler et, régulièrement, assister à des conversations publiques en rapport avec le thème exploré.

Commissariat : Maya El Zanaty et Mamadou Diallo
Avec la participation des artistes : Piniang, Dame Kasse, Ndaama Faaty.
Avec la contribution de : Wendell H. Marsh, Demba Kibili Cissokho,
Devin Hentz, Thierno Seydou Sall
Scénographie : Cheikha – Mise en scène : Madiaw Ndiaye


2017

NOUS ?

Dout’s Ndoye, Badou Diack, Manel Ndoye, Birame Ndiaye, Habib Sembène, Pascal Nampémanla Traoré, Cheikha

Comment remplir le gap entre les réalités que nous vivons et le langage que nous produisons pour l’exprimer ? Qu’est ce qui dans cette interstice, nous relie et ce faisant, nous libère ? A travers un atelier du « Nous », nous proposons une recherche plastique qui engage une réflexion autour de l’exercice d’une parole commune. Dans un mouvement permanent d’invention du réel, le langage plastique devient espace de création de savoir, autour d’un « Nous » qui ne soit pas superposable à un cercle identitaire, ni à une addition de « je », mais un sujet collectif, une forme en mouvement où se joue la question du lien, de ce qui nous dénoue et de ce qui nous noue. NOUS ? Quelle est sa forme ? Est-ce un puzzle ? Un Monde ? Un village ? Un marché ? Un laboratoire ? Ou encore une marche ? Dout’s Ndoye, Badou Diack, Manel Ndoye, Birame Ndiaye, Habib Sembène, Pascal Nampémanla Traoré, Cheikha : chaque artiste invité aura carte blanche comme curateur d’un dispositif de recherche, une démarche collective qui pourra se ramifier progressivement avec la participation d’artistes de diverses pratiques, des arts visuels à la performance et aux arts vivants, suivant le mouvement d’un processus expérimental. Un « Dadjé », espace de réflexion convivial et performatif, autour du « Nous » sera organisé chaque jeudi ponctuant toute la durée de l’évènement.


2016

XALAT

Cheikha

Cheikh Bamba Loum dit Cheikha, Ciseaux d’or, plus connu pour sa marque Sigil, revient sur la scène artistique après plusieurs années à l’étranger et présente ici ses recherches dans des domaines qui prolongent et renouvellent son champ d’action artistique. Xalat, « la pensée » en Wolof, invite à explorer la réalité cachée derrière le monde des apparences. Ses sculptures révèlent les esprits nichés dans les planches de bois sur lesquelles travaillent les poissonniers, de baignoires abandonnées naissent un mobilier aux formes organiques, partout se tracent les lignes d’un univers graphique en noir et blanc, qui prend vie dans une installation d’art optique d’inspiration Baye Fall. Xalat est une excursion psychique vers un monde caché, aux accents vaudou, peuplé d’esprits graciles aux allures d’Aliens. Plongé dans une énergie psychédélique à l’esthétique Pop, le visiteur est emporté dans une expérience décalée et délirante, entre folie et sagesse, spiritualité et surnaturel. Arts visuels, design, sculpture, vidéo, création sonore, performance, produits dérivés.